S’inspirer de la musique classique avec Muse

« C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes »

As-tu déjà entendu cette expression ? On pourrait la traduire en disant que les recettes qui ont fait leurs preuves sont bonnes à utiliser et réutiliser. Et même qu’elles sont les meilleures.

Aujourd’hui, je t’invite à regarder dans le rétroviseur, nous allons nous inspirer de la musique classique (au sens large et profane du terme), avec Muse pour exemple, pour nous guider dans nos créations musicales. Voici une nouvelle astuce inspirée des compositeurs à succès et qui t’aidera à créer ta musique à ton tour.

La musique classique, c’est quoi d’abord ?

Pour débuter, je me permet de faire un point sur ce qu’on a l’habitude de regrouper sous l’appellation « musique classique », aujourd’hui, dans le monde occidental. Je précise que je ne suis absolument pas spécialiste, les puristes ne manqueront pas de me tomber dessus dans les commentaires si je dis des âneries.

A l’origine de l’appellation

La période classique au sens strict du terme ne regroupe que la musique dite savante, occidentale, voire même européenne, composée entre la mort de Johann Sebastian Bach, en 1750, et le début de la période romantique dans les années 1820.

L’appellation « musique classique » s’est par la suite étendue à toute la musique occidentale savante en l’opposant à la musique populaire. Pour schématiser, la musique savante est de tradition écrite, la musique populaire de tradition orale. Bien entendu, comme dans tout étiquetage en règle, la limite est floue.

Evolution du terme

Aujourd’hui, le terme « musique classique » regroupe pour le commun des mortels, la musique purement classique décrite ci-dessus, ainsi que les musiques baroques, romantiques, liturgique, contemporaine, …

Bref, tu l’auras compris, il s’agit d’un raccourci dans lequel on fourre beaucoup de choses qui peuvent être très différentes. En revanche, la musique classique indienne ne rentre pas dans cette catégorie. Je parle bien ici de musique classique occidentale.

Le but de cet article n’étant pas de faire un exposé sémantique, je ne m’attarde pas plus sur ces notions. N’hésite pas à fouiller le net pour plus de précision sur le sujet.

Cette précision faite, je m’en tiendrai donc, à partir d’ici, à la définition moderne même si moins précise. D’une part, cette appellation est plus répandue et donc, plus de personnes la comprennent ainsi. D’autre part, si je devais préciser tous les genres musicaux englobés par le terme à chaque fois, cet article deviendrait vite illisible. #tmtc

Pourquoi s’inspirer de la musique classique ?

Tu peux te demander en quoi t’inspirer de la musique classique pourra te servir. Voici les bonnes raisons auxquelles je pense. N’hésite pas à donner tes raisons de le faire ou de ne pas le faire dans les commentaires.

un récital de piano

La classe

Dans l’imaginaire collectif, la musique classique possède une certaine aura de raffinement. On l’appelle d’ailleurs aussi « la grande musique ». Observe de quelle façon elle est utilisée dans la publicité, par exemple. En effet, il s’agit d’une musique savante, écrite, élaborée à partir de règles académiques par des compositeurs ayant suivi un enseignement rigoureux.

Toutefois, une frange de la population tend à penser qu’elle est « intello » voire inaccessible ou préhistorique pour les plus réfractaires. En général, ce genre de pensée découle d’une totale méconnaissance du style musical.

Contrairement à l’image stéréotypée qu’elle peut avoir, la musique classique peut être moderne et d’actualité, il suffit d’écouter les compositions de John Williams pour le cinéma pour s’en rendre compte. Cite-moi une personne qui n’est pas capable de fredonner le thème d’Edwige dans Harry Potter…

Et oui ! on a dans le cinéma une musique savante, écrite, jouée par un orchestre symphonique (pour les films a gros budget surtout) et pourtant très actuelle.

Et quand même la musique de film, c’est la classe ! Vérifie les statistiques de ventes, écoutes et streams des bandes originales. 😉

Le domaine public

On ne va pas se mentir, il est très difficile de composer une mélodie qui sonne bien et qui n’a jamais existé. Notre système musical est basé sur 12 notes. Malgré le grand nombre de combinaisons disponibles pour agencer celles-ci avec tous les rythmes à notre disposition, les possibilités restent finies et limitées. D’autant plus que les recettes gagnantes qui marque l’esprit de l’auditeur restent pour leur part encore plus restreintes.

D’où le choix plus ou moins assumé de certains artistes de faire du recyclage. Parfois ils n’auront aucun problème à déclarer en interview que telle partie a été créée à partir de telle œuvre. Parfois pourtant d’autres passeront complètement sous silence leurs emprunts. Loin de moi l’idée de blâmer qui que ce soit. L’apparition d’un thème déjà existant dans une nouvelle création peut être totalement inconsciente. Ça arrive.

Dans tous les cas, un des avantages est qu’un grand nombre d’œuvres classiques soient dans le domaine public.

Concrètement, cela signifie qu’il n’est plus nécessaire de demander une autorisation pour exploiter la création artistique.

un compositeur de musique relit sa partition

Selon les pays, les durées de protection du droit d’auteur d’une œuvre de l’esprit varient. Je te conseille, si tu souhaites utiliser tout ou partie d’une pièce musicale, de te rapprocher d’un professionnel du droit spécialiste de la question afin d’être sûr de ce que tu peux ou ne peux pas faire et sous quelles conditions.

Attention également aux droits voisins ! Une œuvre peut être dans le domaine public. L’interprétation de cette œuvre, elle, ne l’est pas forcément.

La question est vaste et mériterait un article complet.

Exemples d’inspiration classique chez Muse

Plus ou moins évidentes, les inspirations venant de la musique classique parsèment les productions du groupe britannique. Je remercie David Bennett pour cette vidéo (en anglais) qui m’a été d’une grande aide et qui recense d’autres exemples encore.

The Globalist

Sur l’album Drones sorti en 2015, de la même manière que l’exemple précédent, on peut entendre, dans la deuxième partie du titre fleuve The Globalist, un extrait de mélodie tirée des variations Enigma d’Eward Elgar.

I belong to you

Ce titre de l’album The Resistance paru en 2009 comporte un extrait de l’opéra Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns. L’œuvre du compositeur français est reprise note pour note (transposée d’un demi ton). Il est d’ailleurs crédité. Même les paroles en français sont conservées.

Collateral damage

Sur le même album, on peut également entendre de manière flagrante, en introduction du titre Collateral Damage un extrait d’une œuvre de Frédéric Chopin : Nocturne en Eb maj opus 9 n°2. La partie de piano du titre de Muse prend certes quelques libertés rythmiques avant de suivre sa propre voie vers une nouvelle mélodie. Quoiqu’il en soit, l’inspiration ne fait aucun doute.

Space dementia

Retour sur le deuxième album du trio avec ce titre qui, outre les vagues de piano de l’introduction, emprunte à Rachmaninov une phrase mélodique dans le refrain. C’est joli, c’est transposé et c’est tout à fait le genre d’influence qui pourrait ressortir inconsciemment lors de la composition d’une chanson.

D’autre part, le deuxième mouvement de ce même concerto pour piano n°2 du compositeur russe a inspiré la chanson All By Myself d’Eric Carmen.

D’autres exemples

Et il existe de nombreux exemples d’inspiration de la musique classique dans le répertoire de la musique actuelle et amplifiée. On peut citer :

  • Serge Gainsbourg dont les emprunts aux œuvres classiques ont déjà fait couler beaucoup d’encre.
  • La Toccata de Bach dans Brainless d’Eminem, parmi tant d’autres. Ce morceau du compositeur allemand est sans doute l’un des plus connus, influent et cité par les artistes.
  • L’auteur compositeur interprète belge Stomae qui a transformé l’Habanera de Carmen, l’opéra de George Bizet, en une chanson traitant d’amour, de réseaux sociaux et simplement nommée Carmen.
  • Sting, de son côté, s’est inspiré de Prokofiev pour écrire Russians
  • Robbie Williams a suivi les traces de son aîné en reprenant également le compositeur russe dans Party like a Russian

Et beaucoup, beaucoup d’autres…

Si tu as d’autres exemples d’emprunt classique dans des œuvres de musique actuelle, n’hésite pas à m’en faire part dans les commentaires.

Tu es également libre de partager cet article sur les réseaux sociaux s’il t’a plu.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •